Biographie de Robert Christmas

Robert Ivanovich Rozhdestvensky Une brève biographie du poète soviétique, traducteur, est présentée dans cet article.

Robert Christmas Bref Biographie

Robert Stanislavovich Petkevich est né le 20 juin 1932 dans le village de Kosiha, district de Troitsky, dans le territoire de l'Altaï. Depuis 1934, Robert a vécu avec ses parents et sa grand-mère à Omsk.

En 1943, il étudie à l'école de musique militaire.

En 1950, les premières publications des poèmes du poète ont été publiées dans le magazine "À la frontière" (Petrozavodsk). Rozhdestvensky tente d'entrer dans l'Institut littéraire. Gorki, mais sans succès. Année d'études au département d'histoire et de philologie de l'université d'État de Petrozavodsk.

En 1951, lors de la deuxième tentative, le poète parvient à entrer à l'Institut littéraire et s'installe à Moscou. Rozhdestvensky est diplômé de l'Institut littéraire. Gorki en 1956.

En 1955, le livre du jeune poète «Flags of Spring» a été publié en Carélie. En 1956, le poème «My Love» et le recueil de poèmes «Test» ont été publiés ici. En 1955, alors qu'il exerçait à l'Altaï, Robert rencontra un étudiant au conservatoire, Alexander Flyarkovsky, avec lequel fut créée la première chanson du poète Rozhdestvensky - "Your Window".

En 1972, Robert Rozhdestvensky a reçu le prix Lenin Komsomol. En 1979, il a reçu le prix d'État de l'URSS. Membre du PCUS depuis 1977.

Au début de 1990, Rozhdestvensky est tombé gravement malade et des médecins ont diagnostiqué un cancer du cerveau. À la suite de l'opération effectuée en France, Rozhdestvensky a vécu plus de 4 ans et a continué à écrire.

19 août 1994: Rozhdestvensky meurt d'une crise cardiaque à Moscou. Il a été enterré à Peredelkino. La même année, le recueil «Les derniers poèmes de Robert Rozhdestvensky» a été publié à Moscou.

Rozhdestvensky est l'auteur de textes de nombreuses chansons populaires pour les films: "Le Grand Ciel", "Deviens ce que je veux", "Le chant des insaisissables Avengers", "Chase", "Somewhere Far", "Nocturne", "Moments", " Appelle moi, appelle moi "

Ajouter un commentaire

Répondre

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *